web analytics
Adulte Chroniques Contemporain Divers Michel Lafon Michel Lafon

Ma chronique – Souvenance de Pauline Delpech

11 mai 2013

présentation copie

Auteur : Pauline Delpech

Editions : Michel Lafon

Pages : 256

Tome : 1

Prix : 17,95€

Date de sortie : 28 mars 2013

Public : Adulte

 

souvenance

 

Résumé

«  Une plage de l’île d’Oléron, un soir de printemps. Julie prend soin de sa mère, Élisabeth, qu’elle aime profondément. Atteinte de pertes de mémoire, qu’on devine dues à une tumeur, celle-ci se laisse bercer par l’affection joyeuse dont l’entoure sa fille : pour lutter contre l’oubli et éclairer ses derniers jours, Julie lui raconte leur histoire. Dans ses mots, Élisabeth émerveillée redécouvre indéfiniment sa propre vie et tente de s’approprier ce passé qu’elle ne reconnaît pas. De petites incohérences en dissonances, elle ne parvient pourtant pas à accorder ses souvenirs vacillants avec ce récit. Est-elle vraiment la femme que lui décrit Julie ? Que lui cache-t-elle ? Au gré des allers-retours dans la mémoire intermittente d’une femme vulnérable, ce conte d’une beauté fragile est une magnifique déclaration d’amour. Lumineux et poétique, il aborde avec délicatesse le sujet de l’altération mentale et de la perte d’un être cher. »

 

chronique copie

Quand on m’a proposé de lire ce livre j’avoue ne pas avoir hésité une seule seconde. Mon grand-père ayant eu la maladie d’Alzheimer, m’a poussé à vouloir lire une histoire sur cette maladie et la destruction des souvenirs qu’elle amène avec elle… Je tenais à remercier les éditions Michel Lafon pour cette jolie découverte.

 

Élisabeth sait qu’elle est condamnée par cette maladie qui petit à petit lui voler sa vie entière. Mais Julie sa fille, va lui raconter les plus grandes péripéties de sa vie, et comme une enfant sa mère va redécouvrir son monde, sa vie, ses déceptions …

 

Quelle histoire touchante nous raconte l’auteur !  Je ne sais pas si cela vient du fait que je me suis sentie personnellement impliquée dans ce roman, ou simplement le fait que Pauline Delpech est très douée, mais une fois plongée dans le roman j’ai eu le besoin d’avoir le mot de la fin.

 

Malgré que ce livre m’ait beaucoup émue, ce ne sera pas un coup de cœur. Il  y a une part de prévisibilité assez importante qui m’a un peu dérangé durant ma lecture. Même si par moment je faisais comme Élisabeth, à tenter de ne pas relever les indices, sur un roman de 256 pages ce fut quand même difficile…

 

Le gros point positif de ce livre est pour moi, la morale de l’histoire ou du moins ce que je retiens de ce roman : jusqu’où serions capable d’aller par amour pour une personne. Personnellement j’admire Julie qui va porter à bout de bras sa mère, lui raconter maintes fois son passée sans jamais perdre son sang froid. Et surtout accepter la décision terrible d’Élisabeth…

 

Au niveau des personnages, j’ai beaucoup apprécié Élisabeth qui malgré sa mémoire défaillante reste une personne joyeuse, intéressée et intéressante !

Julie m’a vraiment surprise une fois que j’ai eu tous les évènements en main, et forcement on se pose beaucoup de questions sur nous même et savoir si on serait capable de faire la même chose qu’elle…

 

Le style de l’auteur est agréable, on ne s’ennuie pas durant notre lecture, elle alterne les passages descriptifs avec les dialogues d’une manière très fluide et appréciable.

 

Pour finir, un bon roman qui nous projette dans la vie d’une femme déchirée par son passé et ses souvenirs fuyants.

 

7/10

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Bilan du mois de Mai 2013 | Take A Book - Chroniques littéraires 5 juin 2013 at 20 h 41 min

    […] Souvenance  (le 8 mai ) – ma chronique […]

  • Leave a Reply